Tombeau du Saint
Aboubacar Ténintao Sanoussi SatoZachariaou SaatoKosso Al Hassane Traoré1 - Al Housseyni  Traoré1 Sékou Boun Mahamane Sékou SamassékouFodiki Sanogo Alwalidiou Abdoulaye Kayaka Mori, Camara Mori Youssoufou, Mori Lamini Kanyma, Mory Lamini Dagi, Mori Mahamane Boun Idrissa (à Sansanto) Sékou Senyon Mahamane Adjabiyorkoï Nana Goumo, Albarka Goumo, Moudouwari Goumo Koïma Almami Issiaka Traoré Alpha Mamadou Mourdianké dit Walidiou Koussoudié Ali Koukou Dinguéré Seymani Ibrahima (Sékou Ibrahima) Mahamane Moridian Sékou Sotou Mori Djombil Alpha Sékou Gada Gada Acharif Moulaye Haama Sékou Lobbo Cissé Alimou Almoctar Cissé Aklpha Fofana ,  Amadou Fofana, Aboubacar Payatao, Abdoulaye Payatao,  Abdoulaye Kaïmori Payatao Fatoumata Songuè Alpha Lamine Dramane Sarmoye Tounkara Alpha Alimane Amadou Mohamadou Wanfo Bakin Mori, Alpha Fatoma Koumba Alpha Fatoma Koumba, Alpha Mahamane , Songué, Aliman Djéguiné , Aminata Koumba Tapama Djénapo Oumou Hani Maïga Moussa Sougouli dit Moussa Soumouni Alhassane Traoré2, Alhousseyni Traoré2 Sidi Mahamane Fadiga
Mohamadou Wanfo Bakin Mori
Alpha Fatoma Koumba
Fatoma Koumba, originaire de Senzani : pour tout ce qui est difficile, il faut faire le sacrifice d’un coq blanc. Ce Fatoma Koumba était à côté du tombeau de Tapama, au bord du fleuve. Il y avait un faro dans le fleuve, et un jour ce faro a attrapé l’élève de Fatoma Koumba. Fatoma Koumba est venu, il a frappé le fleuve avec son bâton, le fleuve s’est ouvert, ses eaux s’écartant à droite et à gauche, et au milieu on a bientôt vu apparaître" faro" (le géni d'eau) et le petit talibé. Fatoma a donc retrouvé son élève, et il a chassé le "faro" vers Bolobolo Koumba (le fleuve de Koumba), nom donné depuis lors au fleuve qui se trouve au Nord de Djenné (légère incertitude sur l’identification précise), et "faro" est parti.

 

Retour